Comment les sciences de l’ingénieur peuvent aider les personnes qui souffrent de tremblement des bras et des mains ? C’est le défi que se sont lancés Anthony Grégoire et Sylvain, trois élèves de terminale S “Sciences de l’Ingénieur” du lycée Marcellin Berthelot de Questembert.

Chaque année, dans le cadre de projets, les élèves de cette spécialisation doivent mettre au point un dispositif permettant d’approfondir leurs connaissances techniques et scientifiques. Un groupe a donc choisi de limiter les tremblements des bras des personnes afin d’améliorer leur quotidien. La prothèse ou “atèle anti-tremblement” est née d’un constat du handicap vécu par des proches. Des mesures ont alors démontrées que la perturbation est le résultat d’un ensemble complexe d’articulations. Les lycéens ont choisi de limiter leurs recherches à l’amélioration de l’articulation du coude.

Le principe de la prothèse est simple, le mouvement du bras est possible s’il se fait normalement et impossible s’il est le résultat d’accélérations brusques (les secousses gênantes). Des éléments de haute technologies y sont donc intégrés, ainsi, un capteur de type accéléromètre est placé sur l’avant bras. Un calculateur est programmé pour détecter l’accélération et si nécessaire envoi l’ordre de bloquer en quelques millisecondes l’articulation, par serrage avec un servo moteur. Le tremblement est alors limité.

Un prototype a été présenté au concours des “Olympiades des sciences de l’ingénieur” à Saint-Brieuc, devant des jurys de spécialistes de toute l’académie de Rennes. Les trois élèves ont défendu leur “Prothèse anti-tremblement” qui a été remarquée pour son côté innovant et répondant à un réel besoin.

Ce projet en cours d’achèvement sera surtout le support d’une prochaine présentation devant un autre jury, celui de l’épreuve du baccalauréat. Au travers de cette étude motivante, les trois élèves qui souhaitent poursuivre leurs études en classes préparatoires ingénieurs Généraliste, Informatique et Aéronautique ont déjà démontrés qu’ils ne tremblaient pas eux devant les exigences des sciences de l’ingénieur.

Trois lycéens aux “Olympiades des sciences de l'Ingénieur”. -  voir en grand cette image
Trois lycéens aux “Olympiades des sciences de l’Ingénieur”.